REACTION DU SECRETAIRE GENERAL DE KEKEDO (BOUBACAR BADJI) FACE AUX PROBLEMES DES UNIVERSITES DU SENEGAL

C’est toujours bien de faire justice et d'ordonner les choses. Cependant dans cette histoire de l'université il va falloir d'abord situé les responsabilités tout en prenant compte du vécu de tout un chacun: que ce soit les étudiants, les enseignants, les administrateurs et l'état AFIN que l'histoire et la postérité puisse savoir et retenir ce qui s'est réellement passé. revenons un peu en arrière plus précisément en 2008 pour parler de L'UCAD particulièrement de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines qui était sous la direction de Monsieur Saliou Ndiaye dés lors doyens de la dite Faculté. il se trouve que cette année précise notre cher monsieur Saliou Ndiaye qui aime traité tout le monde de Gangster et de vagabond a user de tout les moyens pour freiner la révolution syndicale menée par la liste rouge. Ceux qui était en ce temps à l'université savent bien de quoi je parle. ce jour d'élection de l'année 2008,tout était bien pour notre cher monsieur exemplaire pour ne pas voir la liste rouge passer devant et mener sa marche fulgurante. le bilan macabre de ce jour porte sa signature, j'insiste pour dire que le bilan macabre de ce jour porte sa signature. Pour hier les nervis qui était à l'université sont venus car c'est lui qui la voulu.je reconnais sa façon d'agir c'est un cowboy qui se croit dans un film de western et aujourd'hui c'est cette homme que nous avons à la tête de notre université: un manipulateur, un tricheur, dépourvu de vision positive et rassembleuse. Comment voulez vous que le serpent se tienne bien alors que sa tête n'est pas bien faite? donc ce dernier est dans l'obligation de quitter la direction de la marmite supérieur de la nation; là ou l'on sert le pays. Secundo, les professeurs depuis maintenant dix ans mènent une lutte purement égoïste qui prend en compte que leur statut et l'amélioration de leur condition de vie. J’affirme que c'est faux quand ils disent à la télé qu'ils demandent des moyens pour rendre plus efficace les conditions d'étude: c’est juste un leurre. Pour ce qui est de l'état du Sénégal, c'est bien beau d'aller de l'avant mais seulement on y vas pas à pas. C’est pour dire aujourd'hui on ne peut pas se lever et augmenter d'un seul coût les frais d'inscription à un taux aussi élevé et dire que c'est pour améliorer le cadre d'étude. Qu’il le veule ou non c'est de la lâcheté car c'est pas aux étudiants que revient cette charge et même s'il voulait les inclure c'est pas avec cette manière. Je reviens pour accepter la décision de l'état qui dit vouloir instaurer la culture de l'excellence à l'université cependant admettons une chose dans un schéma de progrès si la courbe arrive à descendre de niveau, on ne peu plus se permettre de parler de progrès: on parlera de chute. Ce qui revient à dire :si l'état nous invite vers la limitation des bourses en se basant sur des sois disant critères d’excellence qu'il mettra en place et les attribuera à qui il veut: cela revient à cultivé la haine et la révolte dans les cœurs des pauvres étudiants. Pourtant le système tendait vers la généralisation des bourses et aujourd'hui l'état coupe les vannes à l'université.de là, des interrogations s'imposent: veut-il chasser les gens de l'université? si oui il na qu'à se préparer car........d'ailleurs concernant les nouveaux bacheliers avec le site campusen, le système a réussi à écarter bon nombre de bachelier qui n'ont aucun rêve sauf celui de poursuivre leurs études afin d'être des têtes bien faites et servir leur pays.
je terminerai pour parler de ma corporation juste pour dire aux étudiants que c'est en cassant des œufs qu'on arrive à faire des omelettes et que la situation nous obliges à faire des omelettes dons gare aux œufs. le plus important et cela doit être notre raison d'être étudiant: c'est que nous constituons une famille et ce qui ronge l'université de Dakar doit toucher l'université de Ziguinchor, de bambey, de saint louis ....alors cette lutte est la notre ...donnons nous à fond afin que la vérité sois sue et que les droits soient rétablis pour le bien de la nation. REGAGNONS LE MOUVEMENT
ensemble nous vaincrons
ensemble nous vaincrons

 

 

REACTION DU SECRETAIRE GENERAL DE KEKEDO  (BOUBACAR BADJI) FACE AUX PROBLEMES DES UNIVERSITES DU SENEGAL
Facebook Tendouck
RSS